Sexes malins

COMPRENDRE LES FORMES DE LIBERTINAGE À LA FRANÇAISE


Site de réflexion pour aller + loin ou pas trop


Photo de l'auteur

Vivre plus libre c'est difficile. Il faut y réfléchir et c'est embrouillé dans les esprits. D'abord, il faut savoir de quoi il retourne. Avoir de l'information. Et voir si de nouveaux comportements nous rendront plus épanoui[e] et plus heureux[se]. Il faut aussi se confronter à ces conservatismes ancrés en nous. Au regard des autres. Avons-nous bien ces désirs et cette volonté ? Certainement ! Peut-être ! En tout cas, on a bien envie ! Alors certainement ce site apportera-t-il des réponses...

CE SITE EST EN COURS DE FINALISATION

L'érotisme français

Il était une fois un peuple, favorisé par la nature et l'histoire, qui avait découvert le plaisir rapide de vivre, et, mieux, de pouvoir le dire. On appelle cet événement improbable le XVIIIe siècle français. Ce fut le printemps, vite puni par un long hiver. Nietzsche compare ce moment au miracle grec, en plus miraculeux encore.

Incroyable moment quelque part entre 1740 et 1789. Le libertinage est partout. Une longue accumulation, plus ou moins souterraine, donne lieu à ce débordement, à cette dépense tourbillonnante et folle. Pour la première fois dans le temps humain, de façon aussi massive qu'éclatante, "la philosophie se réconcilie avec le corps et le corps lui-même devient philosophe". Il y a, oui, une philosophie française, spécialisée, on ne le sait pas assez, dans l'éducation et la liberté des femmes. D'où sa mauvaise réputation. D'où l'oubli et la censure qui la guettent. D'où, aussi, son éblouissante fraîcheur. Comme le dit une courtisane d'alors : "Je vous l'ai déjà dit, et vous ne m'entendrez pas dire autre chose : du plaisir, mes enfants, du plaisir, je ne vois que cela dans le monde". "La volupté et la philosophie font le bonheur de l'homme sensé. Il embrasse la volupté par goût, il aime la philosophie par raison". L'être humain est enfin sensé, son corps a de l'esprit, son esprit est un corps...

Lisez la suite de ce texte de Philippe Sollers dans la rubrique "Suite texte page accueil"...

0

1

0

1

1

1